A notre très grande surprise, nous nous sommes aperçus samedi 8 octobre que Chères Cousines figurait (quoi, encore… ?!?) sur la nouvelle édition du Petit Paumé

L’objet de cette (re)mise au point ? nous avons distinctement mentionné lors du passage du jury en mai que nous ne voulions PLUS (et ce depuis 4 ans déjà !) apparaître dans votre guide.

Petit rappel, chers étudiants de l’EM ; lorsqu’un restaurateur souhaite y être cité, ce dernier signe un accord écrit, qui vous donne le droit d’écrire ensuite ce que bon vous semble sur son établissement. Vous avez carte blanche, libre à vous de l’encenser, ou au contraire de le déglinguer, sans en mesurer les conséquences, morales et économiques.

Nous avions clairement stipulé sur ce document (donc par écrit, noir sur blanc) que nous ne voulions PAS de parution, format papier ET/OU numérique.

Auriez-vous SVP l’amabilité de nous adresser une copie de cette décharge ?

Les raisons de ce refus ? En 2010, le Petit Paumé a écrit un avis certes très alambiqué mais oh combien diffamatoire sur Chères Cousines.

La critique est toujours la bienvenue dès l’instant où elle est constructive. Or, lors de cette édition, vous n’avez eu de cesse de dézinguer gratuitement bon nombre de restaurateurs, pour le plaisir.

Cette même année (2009/2010) - faute de budget - nous avions dû décliner à 6 reprises une publicité onéreuse dans le guide. Simple coïncidence ? Notre cas n’est, en tout cas, pas isolé.

Ce droit de retrait suit un code de déontologie. Pas réciproque, malheureusement.

La déontologie, pour nous, signifie que :

a/ Quand un restaurateur vous dit « Non », suivi de « Non, Merci », et bien c’est « NON »…

b/ Ne pas visiter un établissement 3 années de suite (de 2011 à 2014 puis de 2014 à 2017), faute de moyens suffisants – paraît-il - cela n’est pas sérieux, et pas pro, aussi.

c/ Ne pas avoir de droit de réponse face à VOTRE critique n’est pas acceptable

d/ le lien entre bonne critique suivi ensuite d’un démarchage intense visant à payer une publicité dans le PP laisse perplexe.

e/ La liberté de la presse ne peut s’appliquer à un guide qui émet annuellement des avis, positifs ou délétères

f/ enfin, et SURTOUT, merci de relayer des informations justes. Notre formule sur place coûte 7.80 € et non 7.35 €, et la formule à emporter coûte 7.60 € et non 7.15 €.

A présent, merci nous rayer de votre liste. Il est bon, parfois, d’être black-listé…

Cordialement